Les chakras et la science

10397294_1455090031402186_5989306205765209792_o

 

Le terme est aujourd’hui connu pour désigner les « centres spirituels » ou « points de jonction de canaux d’énergie ( les Nadis)» issus d’une conception du Kundalini Yoga  et parfaitement localisés dans le corps humain. Selon cette conception, il y aurait sept chakras principaux et des milliers de chakras secondaires.

Les chakras sont issus d’un système de croyances philosophiques issues de l’hindouisme. Les premiers textes qui en parlent sont écrits en sanscrit ( comme pour le Reiki). Pour les personnes adhérant à ces croyances, ils ont une réalité physique et physiologique au même titre que d’autres organes, même si cette physique est, dans leur conception, beaucoup plus subtile. En occultisme, il est affirmé que la clairvoyance permettrait de les voir comme des centres de lumière et d’énergie.

Des chercheurs se disant « indépendants » ont cherché à confirmer l’existence de ces points et à donner une explication à leur fonctionnement (le Dr Janine Fontaine, pour n’en citer qu’un exemple français).

Ceux qui examinent les chakras les décrivent comme des organes vivants. Ils auraient pour fonction la régulation de « l’énergie » entre les différentes parties du corps, et entre le corps, la terre et l’univers. Soumis aux aléas de santé de l’individu, ils présenteraient des symptômes de rigidité ou d’affaissement, d’encombrement ou de perte de vitalité. Ils communiqueraient entre eux et seraient capables de se compenser mutuellement. Réciproquement, une action « d’harmonisation énergétique »  aurait des répercussions sur la santé de l’individu.

De plus, les chakras correspondraient à des plexus et à des glandes, ce qui signifie que leurs localisations auraient une fonction avérée dans la biologie et même le psychisme de l’individu. Mais la physiologie moderne, en l’état actuel des connaissances, refuse d’avoir recours à la notion de chakra pour expliquer les phénomènes observés.

La médecine traditionnelle chinoise se base sur un modèle voisin du corps humain comme système d’énergie traversé par des vaisseaux et des points (ceux utilisés entres autres par l’acupuncture).

Les chakras sont situés sur le vaisseau gouverneur (VG) qui est un méridien fondamental en médecine chinoise. Chaque chakra correspond à un point précis de ce méridien et à des actions sur les fonctions des divers organes lui correspondant. Ainsi :

964517_507424349307468_1048943203_o

 

Le MULADHARA, « chakra de la racine » correspond au point No 1 du vaisseau conception(VC) soit entre l’anus et le scrotum. Il est en lien avec le métabolisme, le système lymphatique et la vessie. Il est lié aux glandes surrénales. sa fonction agit sur la Réponse fuite/attaque, l’équilibre des électrolytes, le Métabolisme des hydrates de carbone

Le deuxième chakra est le HARA ou SVADISHTANA (VC no 6), le centre de l’énergie. Il est en lien avec les reins, l’appareil reproducteur, les intestins et le système immunitaire. Point maître du foyer inférieur, il régit l’activité des ovaires et des testicules (les gonades) il agit sur la Libido, l’énergie, l’immunité, la reproduction.

Le troisième chakra, est le MANIPURA (VC no 12), il est situé au niveau du plexus solaire, est relié au pancréas, Métabolisme et transport du glucose,  il a une action sur le foie la vésicule biliaire ainsi que sur le système digestif (estomac). Point maître du foyer médian.

Le quatrième chakra est l’ANAHATA « chakra du cœur » (VC no 17), est en lien avec le cœur, le système circulatoire les poumons et le thymus. En lien avec le thymus,le Système immunitaire. Il est important pour le travail avec les enfants car cette glande s’atrophie rapidement avec l’âge, il a pour fonction la production des lymphocytes au début de la vie. Point maître du foyer supérieur.

Le cinquième chakra est le VISHUDDHA, « chakra de la gorge » (VC no 22), c’est le centre du système respiratoire, en lien avec le fonctionnement de la glande thyroïde, il contrôle le métabolisme et la gestion du calcium Il est important pour le fonctionnement du cou, de la voix et des mains.

Le sixième chakra est l’ AJNA, le Troisième oeil, situé sur le vaisseau gouverneur (VG) c’est le seul chakra qui n’a pas de point de correspondance avec les points du vaisseau gouverneur. Cependant il est en lien avec l’hypophyse, la Glande Pituitaire ,  c’est le Chef d’orchestre de toute les glandes endocrines , il soutient la fonction des yeux et du système nerveux, il est le siège de l’intuition.

Le septième chakra est le  SAHASRARA, « chakra coronal ou du ciel » (VG no 20), est en lien avec la glande pinéale, l’épiphyse, il intervient sur la gestion des biorythmes et des cycles circadiens  Son action porte sur l’activité du cortex cérébral, il a une action importante sur la circulation de l’énergie dans le corps et sur les activités intellectuelles, la concentration et la mémoire. Il harmonise l’énergie yang du corps.

image_4134_mCe rapprochement entre les significations et fonctions des chakras et les glandes et leurs fonctions tendent à démontrer le bien fondé de l’intervention au niveau des chakras.

La notion de Chakra est une notion ancienne dont la science à perdu la source, elle l’a ré-inventé en parlant de glandes, de métabolisme,d’hormones, d’anti corps selon une culture « moderne et scientifiquement prouvé » mais surtout en rejetant et dénigrant une connaissance beaucoup plus ancienne qu’ils sont incapable de comprendre. Qu’il s’appelle, Pierre, John, Hans, Anatoli, Mamadou, ou Karim, quelque soit le nom qu’il porte, un homme reste un homme, donc un centre d’énergie Chakra ou glande  existe, et il est vital dans notre fonctionnement autant physique qu’émotionnel, les deux étant liés ( mais c’est un autre débat). Maintenant que les thérapies alternatives, qui reposent sur l’imposition des mains fonctionnent, et ai une réelle action sur les Chakras, cela peut relever de la croyance , du charlatanisme, d’une science ancienne ( ou de l’escroquerie pour certains esprit fermé qui ne savent pas de quoi ils parlent) mais cela relève plutôt de la physique quantique, encore une fois une science décriée par « ceux qui savent » pourtant plusieurs prix Nobel furent décernés dans cette catégorie, Robert B. LaughlinHorst L. StörmerDaniel C. TsuiSerge HarocheDavid Wineland . Alors soit, les membres du comité décisionnaire du prix Nobel, fument des cigarettes bizarre, et cela remet en cause le bien fondée de cette institutionnel de leurs prix en général , soit les scientifiques qui « savent et dénigrent »  se réfugient derrière une étroitesse d’esprit qui risquerait de remettre en cause leur soi disant supériorité auto proclamée. Mais une chose est sure,  les mentalités avancent, serions nous à l’aube d’une nouvelle ère?

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *