L’enfant Indigo (Moi, depuis j’ai grandi !)

Mais qu’est-ce qu’un Enfant Indigo ?

L’enfant dit INDIGO dans le courant des années 60, un nouveau type d’enfant, dont nous allons parler aujourd’hui, a vu le jour, c’était alors l’exception. Au début des années 70, le nombre de ces enfants s’est intensifié et aujourd’hui, les êtres qui viennent au monde sont en majorité indigos. L’enfant indigo est désigné ainsi parce que son aura (sorte de halo enveloppant le corps, visible aux initiés) est de cette teinte d’un bleu profond. Il est significatif de noter d’entrée, qu’indigo est la couleur reliée au 6e chakra, celui du troisième œil, de l’intelligence basique, de l’intuition. On pourra toujours discuter du bien-fondé de ce courant de pensée. Certains pourraient affirmer qu’il y a toujours eu des enfants difficiles, étonnants, différents, violents, surdoués.

Je crois, qu’il se passe réellement quelque chose après avoir lu ce qui suit, vous aurez peut-être un regard tout différent sur vos enfants et certaines évidences vous frapperont. Je crois au timing universel, à la synchronicité et si vous êtes en train de me lire, c’est pour une bonne raison, peut-être celle de saisir pourquoi le regard de ce petit bout de 4 ans vous transperce avec ce je ne sais quoi de surnaturel ! La vie de l’enfant indigo n’est pas facile, nous verrons pourquoi plus loin. S’il est mal entouré ou mal compris, il peut mal tourner. Les hyperactifs, les enfants souffrant d’un déficit de l’attention, les enfants difficiles ou rebelles sont souvent des enfants indigos. Nous devons revoir notre mode d’éducation, tout comme celui des instances d’éducation pour nous adapter à l’enfant indigo. C’est en ce sens que va l’évolution. Le contraindre à se plier à ce qui s’est fait jusqu’à maintenant n’est à mes yeux qu’un conservatisme  dangereux. Il est vrai que cette nouvelle façon d’agir nous demande un surplus d’énergie dont parfois nous manquons, mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle.

Pour nos enfants, notre avenir, il y a des gestes, des comportements que nous pouvons apprendre et qui peuvent faciliter leur vie. Ainsi, nous pourrons les aider à ouvrir une nouvelle voie pour notre futur et nous montrer le chemin que nous avons oublié, le chemin de l’authenticité, de la vérité, de la beauté, de l’intelligence et de l’amour avant d’être « indigo » il a été « téflon » . En effet, c’est vers la fin des années 80 qu’un concept a été développé par le psychologue québécois Daniel Kemp, celui de l’enfant téflon. Pourquoi téflon, pour désigner l’enfant sur qui rien ne colle : Ni les punitions, ni la culpabilité, ni les compliments, ni les promesses, ni la manipulation, ni la politesse, ni les récompenses. Le syndrome de l’enfant Téflon désigne l’ensemble des caractéristiques psychologiques, comportementales et sociales de cet enfant. Bien souvent, ces caractéristiques en font un enfant quasi inadaptable aux cadres scolaire et social anciens malgré une intelligence nettement supérieure à la moyenne. Celle-ci semble justement faire obstacle à son intégration plutôt que de la faciliter.

Selon Daniel Kemp, l’enfant téflon parait sans cœur, solitaire, incassable, hyperactif, disant toujours NON, agressif et même violent, hautement égoïste. On le perçoit comme impoli et non affectueux, et surtout, sans que rien ne l’ait laissé présager, l’enfant Téflon peut se suicider. Il n’est pas « suicidaire », il se suicide. On parlera alors d’un suicide « logique » par opposition à un suicide « émotif », le suicide lui apparaissant alors comme étant la solution la plus logique à ses problèmes compte tenu de la situation dans laquelle il vit. Enfant téflon/enfant traditionnel La différence fondamentale entre l’enfant Téflon et les autres enfants est que le premier n’est pas adaptable au cadre ancien. A ce titre, on l’appelle aussi l’enfant « nouveau » par opposition à l’enfant « ancien » qui, lui peut s’adapter au cadre ancien.

Les principales différences résident dans le fait que l’enfant nouveau vit sa phase d’identification plus jeune (entre 3 et 6 ans) que l’enfant ancien (entre 9 et 15 ans). Il est plus logique que l’enfant ancien et il ne peut accepter les traditions et la majorité des systèmes établis. L’enfant nouveau est individuel dans sa conscience et ne s’ennuie pas seul. Il n’a pas besoin de se sentir normal et accepté, contrairement à l’enfant ancien. Il est « hyper expressif » et il manipule son entourage avec une force dont ne dispose pas l’enfant ancien. Enfant téflon et parents Tupperware ou velcro.

La métaphore de l’enfant « téflon » par opposition aux parents Tupperware (qui conserve) ou velcro (sur qui tout accroche), la métaphore faisait porter à l’enfant l’origine du cancer relationnel qui se développe entre générations. Or, l’enfant ne peut que nous exprimer sa souffrance et nous refléter nos aveuglements. Il se trouve que pour devenir des parents conscients, nous ne pouvons pas faire autrement que de réaliser l’aveuglement parental et social dans lequel nous avons baigné. La prise de conscience des dynamiques qui régissent notre monde relationnel est indispensable. C’est absolument libérateur de réaliser, par exemple, que le refoulement de nos sentiments brise l’intégrité de notre sensibilité et que, dès lors, nous nous conformons à des règles de conduites qui viennent compenser un manque de cohésion intérieure.

Sans cette mise à jour, nous rejouons cet aveuglement et, de plus, tentons de donner à l’enfant une image positive de nous-mêmes. Mais l’enfant nouveau est vrai et intelligent, il n’est donc pas dupe. Pour une éducation nouvelle Pour se réaliser, l’enfant nouveau devrait pouvoir bénéficier d’un cadre éducatif neuf. Si, selon Daniel Kemp, l’enfant nouveau accepte bien l’éducation de soutien (sciences, langues, mathématiques, géographie, etc.) qui a pour fonction de soutenir la société dans ses acquis techniques, matériels, sociaux et scientifiques, il est par contre, plus rébarbatif à l’éducation d’intégration qui vise à l’adapter à la société. Dès lors, celle-ci devrait comporter de nouvelles bases axées sur la logique. Ainsi, la relation entre l’éducateur et l’enfant devrait s’établir à partir de ce que l’enfant considère comme « intelligent ». L’éducateur doit pouvoir être considéré comme l’ami de l’enfant, bien que ce dernier reste bien encadré. De plus, l’éducateur doit être conséquent avec lui-même et ne pas exiger une chose que lui-même n’est pas en mesure d’accomplir, ou s’il ne peut la faire, expliquer à l’enfant pourquoi. Daniel Kemp, qui suivait des enfants particulièrement difficiles, se trouve un jour dans un restaurant avec l’un d’eux. La serveuse s’approche et elle n’a pas un physique très agréable. Aussitôt, l’enfant lui dit : « Mais qu’est-ce que tu es laide? ». Le psychologue fait remarquer à l’enfant : « Bien sûr, tu peux dire ce que tu penses, mais ne crois-tu pas que tu lui as fait de la peine? Peut-être que cela t’est indifférent? Mais qui te dit qu’elle ne va pas cracher dans ton potage avant de te l’apporter? ». Reconnaître un enfant indigo Je ne prétends pas détenir la vérité absolue, ni pouvoir les cataloguer, les ancrer dans des modèles bien précis.

Toutefois, il y a certaines caractéristiques qui se retrouvent chez plusieurs de ces enfants. Caractéristiques au niveau physique goût (plus que les autres) pour tout ce qui est très sucré, ce qui semble favoriser l’hyperactivité. Mange peu ou est allergique à certains aliments. Semble avoir une source d’énergie inépuisable. Regard qui dégage de la maturité, de la sagesse, de la grandeur d’âme. Au niveau du comportement passe très vite d’une chose à une autre. Peut mettre son attention sur plusieurs choses à la fois par exemple lire et regarder la télévision. Ne peut rester tranquille à moins d’être absorbé par une activité qui l’intéresse. Soit apprend tout à une vitesse folle, soit démontre une grande difficulté d’apprentissage par quasi incapacité à être attentif. Apprend plutôt par l’expérience que par l’étude. Grande agitation, voire hyperactivité. Est réfractaire à l’autorité. Les punitions comme les règles semblent le laisser indifférent (en apparences).                                                                

Les limites clairement définies ne semblent faites que pour être brisées. A une façon personnelle de faire les choses et ne se conforme pas à la norme. En groupe, à le contact facile, mais l’entente ne dure pas nécessairement très longtemps, à cause de son individualisme. Peut être perçu facilement comme un perturbateur, a du charisme, est leader. Est manipulateur. A de l’assurance et peut dire : « Non maman je n’ai pas rêvé, ça s’est passé avant que je sois un bébé dans ton ventre ». A un fort sentiment de sa propre valeur qu’il va toujours garder à moins que l’entourage ne le modèle. Ressent de la frustration s’il ne trouve pas de personnes-ressources pour accueillir ses grandes idées et l’aider à les mener à terme. Peut-être introverti s’il ne sent pas une attitude compréhensive. Peut abandonner et subir des blocages permanents sur le plan de l’apprentissage, s’il a essuyé des échecs tôt dans la vie. Peut décharger son agressivité à l’extérieur avec violence (jeux vidéo). Semble avoir la tête ailleurs, ne donne pas l’impression qu’il vous entend. A parfois un ami imaginaire avec qui il communique. A une grande sensibilité. Signes particuliers Facilité à ressentir les gens et les énergies environnantes.

Faculté de voir les personnes à l’intérieur, de ressentir les états d’âmes. Capacités télépathiques développées, lit dans les pensées. Sait si nous sommes vrais. Ne supporte pas le mensonge, c’est une insulte à son intelligence qu’il ne peut accepter. Semble incapable de ressentir de la pitié, mais est rempli de compassion. Aime la peinture, le dessin, la musique, le théâtre, le chant, la danse, les arts en général, là où il s’amuse. Énergie particulière dans les mains que l’on peut ressentir s’il les pose sur nous. Émotionnellement, présente une maturité au-delà de son âge. Se sent parfois « étranger » dans son milieu. Aime la compagnie de certains adultes. Se comporte comme un « petit adulte ».

Comment agir avec l’enfant indigo. Vous devez vous dire, c’est bien joli de savoir tout cela, mais comment se comporter avec cet espèce d’extra-terrestre. Voici quelques conseils qui pourraient bien faciliter vos contacts avec l’enfant indigo. Traitez-le avec respect et honorez sa présence au sein de votre famille. Aidez-le à trouver ses solutions aux problèmes de discipline. Laissez-lui le choix dans tous les domaines. Ne les dépréciez jamais, au grand jamais. Expliquez-lui le motif de vos demandes et soyez à l’écoute de ce que vous lui dites. L’explication est-elle aussi indélicate que celle du genre « tu fais cela parce que je te le demande! », une petite révision s’impose.  Sachez qu’il vous respectera dans la mesure où vous prendrez le temps de lui fournir des réponses sensées. Si vous le commandez sur un ton autoritaire, dictatorial, sans avoir de solides raisons, il vous désarçonne carrément. Il refusera d’obéir et vous donnera en prime une liste longue de trois kilomètres de bonnes raisons pour lesquelles ça ne peut pas marcher. Exprimez alors honnêtement votre motif, qui peut parfois être aussi banal que « parce que ça m’aiderait aujourd’hui, je suis vraiment fatiguée ». Avec lui, l’honnêteté est plus importante que tout, il y réfléchit et agit ensuite.                           

Considérez-le comme votre partenaire en éducation. Cet aspect est extrêmement important. Même bébé, expliquez-lui ce que vous faites. Il ne comprendra pas mais sentira votre intention et votre respect. Si de graves problèmes surviennent, faites-lui subir des tests avant de le droguer et faites-lui savoir toujours que vous le soutenez dans ses efforts. Ainsi, il s’efforcera d’être à la hauteur de vos paroles et vous en serez même étonnés. Puis, fêtez les succès et les bons coups ensemble. Ne le poussez pas mais laissez-le agir et encouragez-le en cours de route.  Ne lui dites pas qui il est, ou ce qu’il sera plus tard, il le sait très bien. Laissez-le décider de ses intérêts; par exemple, ne le forcez pas à choisir un métier ou une profession sous prétexte que c’est une tradition dans la famille depuis des générations.  L’enfant indigo n’emprunte pas les sentiers battus. Et puis, pourquoi ne pas utiliser des visualisations pour équilibrer et canaliser l’énergie débordante de nos enfants et également dans le but de déployer leur potentiel personnel ?     

Ces enfants sont là pour nous aider, aider l’humanité toute entière à changer. Changer de mentalité, changer de manière d’être, changer de regard sur l’autre, sur la vie, sur l’univers. Ces enfants arrivent avec un bagage de connaissances extraordinaires, nous devons juste leur apprendre les codes pour les mettre en œuvre. A l’école ils s’ennuient, perdent leur temps, certains vont devenir des « cancres » d’autres des « surdoués », certains vont s’inscrire dans un syndrome dépressif pouvant aller jusqu’à l’autisme, d’autres vont être, au contraire, très « réactifs » s’inscrivant dans un comportement hyperactif pouvant les conduire jusqu’à la délinquance. Devant le rouleau compresseur de l’éducation, de la pensée unique, un certain nombre de ces enfants sont en danger. Ils sont venus pour nous aider, aussi donnons-leur les moyens de le faire. Aidons-les à nous aider, ils ont besoin de guides, non de geôliers. En tant que parents, enseignants, ils nous interpellent, nous bousculent, nous renvoient parfois douloureusement, nos points faibles, nos contradictions. Ils sont des miroirs qui nous obligent à nous regarder en face, sans concession. Ils sont les maîtres, nous sommes les élèves. Ils sont des « éveilleurs » qui nous aident, si nous les laissons faire, à nous reconnecter avec « qui nous sommes », avec la partie divine en nous. Si, avec amour et humilité, nous savons les accompagner, faisant le nécessaire travail sur nous-mêmes, ils seront de merveilleux « compagnons de voyage »…

Avant de conclure, je citerai Albert Einstein, qui revient toujours dans mes travaux, comme par hasard (mais le hasard est le nom que Dieu emprunte quand il voyage incognito) : « II a fallu nous bourrer le crâne de toutes ces choses, que nous les aimions ou pas… C’est un véritable miracle que les méthodes modernes d’éducation n’aient pas complètement étouffé la précieuse curiosité de l’enfant. Cette délicate fleur a besoin d’encouragement, certes, mais elle a aussi besoin de liberté, faute de quoi elle flétrira à coup sûr. C’est une grave erreur de croire que l’on puisse transmettre l’amour de la connaissance et de la recherche par la contrainte et le sens du devoir. »     

Christiane Kolly : Ces enfants souvent hyper actifs, à problèmes sont souvent isolés, de par leurs centres d’intérêt, ce qui les pousse à rechercher des contacts, en dehors des circuits « ordinaires », avec « ceux qui les comprennent ». La vigilance est donc de rigueur pour les parents de cette catégorie d’enfants et pour tous ceux qui croient que leurs enfants sont des surdoués non détectés. Le marché des « enfants indigo » Le président d’Infos sectes Aquitaine, qui est aussi avocat, s’est trouvé confronté au mouvement Kryeon en s’occupant d’un client. Il a découvert ainsi que les « thérapeutes » de Kryeon entendent révéler aux parents que leur enfant hyperactif, dyslexique ou surdoué, « capable de communiquer avec l’au-delà », a… aussi des tendances suicidaires ! Le mouvement justifie ainsi que ces enfants « différents » ont besoin d’être « regroupés et éduqués d’une façon adaptée ». Info-Sectes Aquitaine déclare recevoir plusieurs dizaines d’appels par semaine. Les « thérapies » pour enfants indigo se multiplient dans les régions de Marseille et de Grenoble. En Gironde, « des proches du mouvement doivent ouvrir bientôt un centre d’accueil pour rassembler ces enfants ». Grâce, une enfant indigo de 10 ans qui a des dons psychiques et de guérison, toute une famille va découvrir le nouveau sens de la vie humaine malgré les embûches.

INDIGO EVOLUTION éveille à la conscience de la responsabilité des choix que nous faisons, de la ligne fine qui conduit vers le succès ou l’échec, vers l’amour ou le regret, et de la reconnaissance du potentiel présent en chacun de nous. Ce film était destiné principalement à un public adolescent et adulte, et il a permis de démystifier la réalité d’une enfant psychique bien centrée, alignée et enracinée. Depuis janvier 2006, nous pourrons voir le nouveau film “The Indigo Evolution” qui est un film documentaire sur la réalité et l’expérience des enfants indigo. Ce film est accessible pour les adultes, les adolescents et les enfants. Il a pour but de permettre aux nouveaux enfants de se reconnaître, d’accueillir et de faciliter l’expérience de ce qu’Ils sont sur la Terre. Il vise aussi à éclairer les parents, enseignants et le public pour faciliter l’accompagnement de cette nouvelle génération d’enfants

Source ayant servie à élaborer cet article.

http://www.maidermaider.com/fondatrice/travaux/indigos.html 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à L’enfant Indigo (Moi, depuis j’ai grandi !)

  1. Alice dit :

    Beau témoignage, article clair et instructif, merci !

    • dominiquedominique dit :

      Merci Alice, un tel compliment pour un blogueur débutant de la part de quelqu’un qui en a un que je trouve superbe. Cela me donne encore plus de confiance sur mon avenir.

  2. Alice dit :

    Tu l’as très bien démarré, ce blog : décor clair et apaisant, bonne structuration, thèmes intéressants, continue, c’est super ! 😉 A bientôt !

Répondre à dominique Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *