L’aromathérapie

Information importante avant utilisation!

VU LEUR CONCENTRATION EN MOLÉCULES CHIMIQUES ACTIVES, CERTAINES HUILES ESSENTIELLES PEUVENT PROVOQUER DES RÉACTIONS ALLERGIQUES, DES BRÛLURES, VOIRE UNE INTOXICATION.

L’utilisation des plantes aromatiques à des fins thérapeutiques ne date certainement pas d’aujourd’hui. Des Égyptiens aux Grecs de l’Antiquité, ces plantes ont largement prouvé leur efficacité dans la lutte contre les maladies. C’est à Ibn Sina que reviendra le mérite d’avoir mis au point le premier alambic dans les années 1000, cet instrument permettant d’extraire l’essence des plantes pour donner l’huile essentielle.
Aujourd’hui, la recherche médicale et scientifique met en lumière le bien-fondé et l’efficacité de l’aromathérapie. Basée sur les arômes des huiles essentielles des plantes, l’aromathérapie utilise le principe de la mémoire olfactive pour traiter les petits maux du quotidien en stimulant notre système nerveux et en renforçant nos défenses immunitaires en prévention des maladies bénignes. Elle s’appuie pour cela sur le fait que l’odorat, en tant que premier sens en éveil dès la naissance, occupe une fonction vitale pour l’équilibre de l’organisme humain.

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?
Contrairement à ce qu’on peut penser, les huiles essentielles ne sont pas des corps gras. Constituées d’un ensemble (300 à 400) de molécules aromatiques -terpènes, aldéhydes, cétones, phénols, lactones, esters… elles sont volatiles et non solubles dans l’eau. En revanche, elles sont solubles dans l’huile et l’alcool. Ces huiles essentielles sont produites par les espèces végétales dites aromatiques (arbres, arbustes, herbes, plantes…), et leur rôle est de protéger la plante contre les agressions du milieu: soleil, insectes, parasites, champignons…
Les huiles essentielles sont extraites de façon 100% naturelle par simple extraction mécanique (pour les agrumes, notamment) ou par distillation à la vapeur d’eau d’une partie de la plante (fleur, fruit, racine, feuille, écorce…). Parmi les 800 000 espèces végétales connues, environ 10% d’entre elles peuvent synthétiser une essence. Très volatiles et lipophiles, leur extrême diffculité à travers la peau et les tissus leur confère une parfaite pénétration, que ce soit par voie cutanée, par voie aérienne ou par ingestion, une excellente capacité de pénétration garante d’une très haute efficacité.
Les modes d’utilisation des huiles essentielles les plus courants sont les massages, les masques,  les inhalations, la diffusion dans l’atmosphère et la voie orale. Selon l’effet désiré, on prendra tout ou partie d’une plante spécifique pour en extraire la structure biochimique appelée « quintessence », qui sera utilisée à des fins thérapeutiques.
Quand elles sont pures et 100 % naturelles, le prix des huiles essentielles est assez élevé, car il faut savoir qu’il faut une grande quantité de plantes pour les extraire. Pour un litre d’essence de rose, par exemple, il faut 5 tonnes de pétales !

Une efficacité avérée
L’huile essentielle est un patrimoine végétal qui a un très large spectre d’action dans diverses thérapies. Elle est généralement utilisée pour relancer l’élan vital de l’organisme, redonner du tonus à une personne fatiguée et venir en aide à une immunité qui n’assure plus son rôle face aux agressions que subit le corps au quotidien. Comment ? Tout d’abord, il faut savoir qu’elle pénètre facilement les tissus humains, qu’on l’ingère, qu’on l’applique sur la peau ou qu’on la respire.
Le choix de la voie d’absorption dépendra tant de l’effet visé que de la nature de l’huile, certaines ne convenant pas à un usage à la fois interne et cutané. Elles s’utilisent soit en inhalation, pour stimuler les centres olfactifs et en répercuter les effets sur le psychique et le physique, soit en compresses ou en friction. Les huiles essentielles étant parfois photosensibles (les huiles essentielles d’agrumes), il ne faut ni s’exposer au soleil après application ni les mettre en contact direct avec la peau. Il faut plutôt les diluer dans une huile végétale (d’amandes douces, par exemple, afin de prévenir toute irritation ou allergie).
Il existe des pommades odorantes, très correctement dosées, ce qui permet une application aisée du produit. Pour les inhalations, il existe des diffuseurs qui ne laissent échapper que la quantité nécessaire de produit. Utilisées en enveloppement, les huiles essentielles permettent une relaxation optimale. On trouve des huiles de massage, des bains parfumés et toutes sortes de présentations de produits aromatiques bénéfiques.
Outre cet usage qui permet de rétablir l’harmonie entre le corps et l’esprit, l’aromathérapie a également son mot à dire sur le plan pathologique. Actuellement, personne ne peut nier l’efficacité anti-infectieuse des huiles essentielles. Les problèmes d’abus d’antibiotiques présentent l’usage des huiles essentielles comme l’unique alternative de substitution dans la plupart des cas d’infection. Ces substances, leur composition, leur nature et une posologie judicieusement dosée et étudiée cliniquement, n’induisent ni résistance des germes, ni atteinte du système immunitaire, ni sélectivité des flores saprophytes et pathogènes.
Bien que l’aromathérapie n’ait pas encore reçu ses lettres de noblesse, les huiles essentielles de composition chimique très souvent complexe constituent des médications réactives, puissantes et d’une richesse thérapeutique insoupçonnée, augurant un avenir prometteur. Elles offrent un maximum de possibilités et d’efficacité pour un minimum de toxicité aux doses prescrites. Ces dernières ne se déclinent qu’en gouttes car les huiles essentielles sont douées d’une puissance réactive impressionnante. Il importe donc de respecter scrupuleusement les doses prescrites. Un excès n’apporterait rien de plus sur le plan thérapeutique, mais il pourrait, au contraire, causer des effets indésirables.

 

Quelques vertus des principales huiles essentielles

– Dynamisantes : cannelle, gingembre, romarin, menthe, sauge, bois de Santal, pin,

– Bactéricides : eucalyptus, origan d’Espagne, cannelle de Ceylan, thym,

– Apaisantes : camomille, marjolaine, oranger, verveine, ylang-ylang, lavande,

– Digestives : cumin, estragon, menthe,

– Douleurs et spasmes : basilic, camomille,

– Amélioration de la circulation : cyprès, ail,

– Douleurs dentaires : clou de girofle,

– Anti-inflammatoire : citron, encens, géranium,

– Cicatrisantes : eucalyptus, lavande, romarin.

 

Précautions d’emploi

– Les huiles essentielles sont contre-indiquées en cas de grossesse,

– Après massage ou application cutanée, il convient de toujours se laver les mains,

– Ne jamais injecter d’huiles essentielles par voie intraveineuse ou intramusculaire,

– Les huiles essentielles sont strictement interdites chez les épileptiques,

– Utiliser des huiles essentielles de haute qualité (100% pures et naturelles) d’origine connue,

– Ne pas laisser les flacons à la portée des enfants,

– Les personnes allergiques devront faire préalablement un test d’allergie aux huiles essentielles,

– Les muqueuses comme les yeux, le nez, le conduit auditif, les zones ano-génitales ne doivent jamais faire l’objet d’application d’huiles essentielles pures,

– En cas d’absorption ou d’instillation accidentelle, ingérer ou appliquer une huile grasse pour diluer l’huile essentielle (huiles d’olive, de tournesol),

– L’huile essentielle de menthe ne s’applique jamais sur une surface étendue en raison de la réaction glacée qu’elle provoque. Elle est également strictement contre-indiquée chez les femmes enceintes et allaitantes ainsi que chez les enfants de moins de 8 ans.

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à L’aromathérapie

  1. Merci pour le partage. J’aimerais juste ajouter quelque chose. Justement, à propos des huiles essentielles ayant des vertus apaisantes : vous pouvez les utiliser en diffusion atmosphérique. Avec l’HE de lavande par exemple, vous pouvez parfumer votre intérieur tout en y améliorant la qualité de l’air…
    Stéphanie

  2. Bonjour,
    Tous les points importants sont mentionnés dans l’article mais j’aimerais ajouter que plusieurs voies d’utilisation sont possibles avec les HE: la diffusion, l’inhalation en est une, le massage aux huiles essentielles en est une autre, tout comme l’utilisation à l’interne sous formes de capsules, de suppositoires, de préparations liquides. On mentionne souvent de ne pas utiliser les huiles essentielles par la voie orale. Il s’agit d’une mise en garde pour éviter une auto-médication qui pourrait être dangereuse, car certaines huiles essentielles sont toxiques ou peuvent entraîner des réactions violentes à divers niveaux. Lorsque l’on songe à l’utilisation interne, il faut toujours consulter un aromathérapeute qualifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *